IMG_20220109_103536.jpg

La thérapie brève systémique et stratégique

Systémique... ? Stratégique... ? Brève... ?

Egalement nommée « Approche de Palo Alto », en référence au courant de pensée qui s’y rapporte, la découverte de la thérapie brève systémique et stratégique fut une véritable révélation dans ma pratique clinique. Au-delà de sa puissance et de son efficacité, j'y ai découvert une approche passionnante et stimulante.

 

Quelques lignes pour en savoir un peu plus... 

Systémique... 

Un système désigne un ensemble d'entités interagissant entre elles. Cette notion technique s'applique également aux sciences humaines car chaque être humain est, dès sa naissance, intégré au sein d'un système (famille, culture, société, environnement, statut socio-économique, etc.) avec lequel il interagit. Sa présence exerce une influence sur ce système, et ce système exerce une influence sur lui (son comportement, ses émotions, ses pensées). Face aux difficultés que son système lui impose, la personne mettra en place des stratégies pour les surmonter. Parfois, il arrive que ces stratégies s’avèrent inefficaces. Pire, au lieu de dissiper un problème, elles l’augmentent, créant ainsi un cercle vicieux dont il est difficile de s’extraire.

Lorsqu'une personne décide de consulter, c'est en général qu'elle est confrontée à un problème qui s'est installé et face auquel elle se sent impuissante car toutes les solutions tentées jusque là pour en venir à bout se sont montrées inefficaces. L'approche systémique vise alors à analyser les interactions au sein du système du patient afin de l'aider à se dégager des cercles vicieux qui maintiennent le problème en place.

L'exemple de Juliette... 
Juliette a une peur panique d'aller seule le soir dans la rue de la Montagne depuis qu'elle y a croisé un exhibitionniste. Cela la terrifie à un point tel qu'elle évite de le faire autant que possible ou demande à un proche de l'accompagner dès qu'elle doit s'y rendre. Au fur et à mesure que le temps passe, sa peur augmente en intensité et devient une souffrance insupportable. La réponse d'évitement ou la demande d'accompagnement sont des réactions spontanées en réaction à la peur. Malheureusement, si ces réactions deviennent systématiques, elles suscitent à long terme le maintien voir l'aggravation du problème (d'abord spécifique à la rue de la Montagne, en soirée, cette peur s'étend ensuite aux autres rues et même en journée). L'analyse systémique met en évidence les circonstances d'apparition du problème et les solutions tentées. Cet exemple montre que les solutions tentées par Juliette (évitement, demande d'aide aux proches) maintiennent le problème au cours du temps. Un cercle vicieux s'est installé.

Stratégique…

L'analyse globale de la situation propre à l'approche systémique permet de faire apparaître des leviers d'intervention à actionner pour créer du changement. L'approche visera alors à sélectionner de manière stratégique les leviers les plus facilement mobilisables et de mettre en place des tâches tout aussi stratégiques à réaliser entre les séances afin d'interrompre les cercles vicieux.

L'exemple de Robin et de ses parents...

Monsieur et Madame André viennent en consultation avec leur fils Robin, 15 ans, car ils sont à bout ! Ils lui reprochent son manque de motivation pour l'école et son manque d'esprit d'initiative à la maison. Ils souhaiteraient que Robin bénéficie d'un suivi afin stimuler sa motivation. L'analyse systémique met en évidence le fait que Robin peut se montrer très motivé dans d'autres contextes comme les scouts où il fait preuve d'un esprit d'initiative qui les surprend. Mais à la maison, c'est très différent : les sermons de ses parents à propos de l'importance de s'investir dans son travail scolaire l'indiffèrent. Ses parents doivent tout lui rappeler : faire ses devoirs, étudier ses leçons, ranger sa chambre, emporter son sac de gym, et même prendre sa douche ! Il semble même qu'au plus ses parents lui rappellent ce qu'il doit faire, au moins Robin fait preuve d'initiative.

La demande de Mr et Mme André d'entreprendre un travail avec leur fils est compréhensible et légitime. Est-elle pour autant stratégique ? Pas certain... car Robin n'est PAS demandeur d’un changement. Et quelles raisons aurait-il de l'être d’ailleurs ? Finalement, à quelques sermons près qu’il n’entend plus, les rappels de ses parents qui lui évitent ses petits"oublis" sont plutôt confortables. Pourquoi faire soi-même ce que quelqu'un d'autre fera beaucoup mieux ? Dans ce contexte, tenter un changement auprès de Robin risque fort de s'avérer une entreprise décourageante. Il est toujours, en effet, plus facile de mobiliser les personnes demandeuses du changement. En l’occurrence, ici... les parents !

L’accompagnement consistera donc dans un premier temps à faire prendre conscience aux parents que les rappels qu’ils lui proposent afin de lui éviter des déconvenues sont très bienveillants mais probablement contributeurs de son manque d’initiative et alimentent un cercle vicieux (manque d'initiative => rappel des parents => manque d'initiative). Il s’agira ensuite, dans un second temps, de mettre en place des stratégies afin du sortir de ce cercle vicieux, c'est à dire, faire en sorte que le manque d’initiative de Robin devienne pour lui une source de désagrément. Il pourrait s'agir, par exemple, d'arrêter de le réveiller le matin (et le laisser assumer ses retards à l'école) ou de lui rappeler de faire son travail scolaire tout en le laissant en subir les conséquences.

Remarque : On confond parfois "thérapie systémique" et "thérapie familiale"dans laquelle toute la famille consulte ensemble. L'exemple de Juliette montre pourtant qu’une prise en charge systémique n'implique pas nécessairement une problématique familiale. L'exemple de Robin, montre quant à lui qu'il n'est pas forcément nécessaire de réunir l'ensemble de la famille en consultation. En effet, chaque membre d'une famille étant en interaction avec les autres, il est possible d’avoir de l’influence sur l'un d'entre eux en intervenant auprès des autres membres, sélectionnés...stratégiquement !

Brève… 

Contrairement aux autres courants thérapeutiques, la thérapie systémique et stratégique ne cherche pas à trouver les causes des problèmes dans le passé de la personne mais plutôt à comprendre comment le problème s'inscrit dans le présent et comment il porte atteinte au quotidien du patient. Fort de cette analyse, le clinicien proposera alors au patient des tâches à accomplir entre les séances. Cette approche, active et ancrée dans le présent, permet de voir apparaitre des changements plus rapidement que dans des approches conventionnelles.

Bien sûr chaque patient est différent. Certains ont besoin de plus de temps que d'autres pour initier les changements et la durée d'une prise en charge peut donc varier fortement d'une personne à l'autre. Certains accompagnements ne durent que 2 ou 3 séances alors d'autres requièrent de s'installer un peu plus dans le temps. 

Certains patients expliquent parfois qu'ils recherchent un accompagnement au long cours, s'étendant sur de nombreuses années. Je m'étonne toujours de ce genre de demandes car c'est un peu comme si le patient avait admis son impuissance comme un fait acquis et qu'il lui faut nécessairement être soutenu pour poursuivre sa vie. Cette vision pessimiste va à l'encontre des principes de la thérapie brève systémique qui vise, au contraire, à promouvoir l'autonomie du patient. 

 

En résumé : Une approche active, orientée solutions… 

Dans un premier temps, l'analyse systémique permettra de mettre en évidence les cercles vicieux, qui maintiennent le problème dans le temps. Il s’agira ensuite, au travers de la prescription de tâches, de proposer au patient des stratégies alternatives afin de sortir progressivement de ces boucles et mettre ainsi un terme à ses souffrances. C’est la réalisation de ces tâches qui permet au patient de voir apparaître du changement.

Cette approche active et orientée solutions la distingue d’une thérapie de soutien qui se contente souvent d’un accompagnement sans viser activement le changement.

Pour quelles problématiques ? 

Cette approche, extrêmement transversale, est applicable à tous les troubles psychologiques ou problématiques relationnelles. Pour autant, chaque thérapeute a généralement des thématiques de prédilection. En ce qui me concerne, je prends en charge toutes les problématiques liées à l'anxiété (troubles anxieux, phobies, TOC, attaques de panique, hypocondrie, traumatismes), les difficultés de gestions émotionnelles (stress, deuil, colères), les difficultés relationnelles (harcèlement, problèmes de couple, difficultés liées à la parentalité) ainsi que le burnout. 

N'hésitez pas à me contacter pour en savoir plus...